En mars 2009, une cinquantaine de Louviérois répondaient à un appel pour le moins loufoque: rassembler un grand nombre de musiciens novices ou aguerris pour former un Orchestre dans le cadre de "Décrocher la Lune". Après de longues répétitions et un ou deux tours de chauffe, ces aventuriers mélomanes se dévoilent pour la première fois à une foule de 30.000 personnes. L'ovation émouvante du public est la preuve vivante que le pari a été tenu. Depuis, l'Orchestre poursuit son bonhomme de chemin et répond aux invitations qui lui sont faites: l'ouverture de K-do à Forest National, les fêtes de printemps sous le chapiteau des Baladins du Miroir, le Country Hall à Liège pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, l'Auditorium de Saint-Maur ( France ) mais aussi des fêtes de quartiers, des échanges avec des fanfares régionales, etc.

Le Grand Orchestre National Lunaire est composé de 70 instrumentistes et choristes d'horizons culturels et musicaux divers mus par l'envie: faire de la musique ensemble. Entre violons, euphonium, congas, hautbois, piano et autre guiros, l'entente est bonne et l'équilibre est juste.

Une qualité principale du groupe est sans conteste son approche humaine et généreuse qui n'est pas sans lien avec celui qui le plus souvent offre son dos au public. En effet, la personnalité charismatique d'Eloi Baudimont et sa musique qui emprunte souvent des chemins de traverse alliant contre-pied et humour ravissent le public.

L'Orchestre officialise des alliances musicales des plus improbables. Au sein du répertoire, les cantates italiennes flirtent avec les marches funèbres, Billie Jean côtoie Pierre Rapsat tandis que Verdi et Bizet mêlent leurs partitions. Certains morceaux naissent même de la relation adultère entre des airs du folklore carnavalesque et des incontournables des grands maîtres classiques. Habitué aux grands espaces comme aux plus petits, le Grand Orchestre National Lunaire fait preuve d'une souplesse à toutes épreuves et transporte sa poésie sur les routes d'ici et d'ailleurs...